Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées
3.2M views | +294 today
Follow
Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées
Curation de contenu sur les vallees des Pyrenees : Aure, Louron, Nord-Sobrarbe et environs ... Egalement sur Facebook : https://www.facebook.com/Aure.Louron et sur Twitter : https://twitter.com/aure65 - contact : info@pyrenees-aure-louron.eu
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Philippe Villette from Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées

Test des sirènes "barrage" ce mercredi 17 juin en haute vallée d'Aure [MAJ 30/06]

Test des sirènes "barrage" ce mercredi 17 juin en haute vallée d'Aure [MAJ 30/06] | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Photo Sirène "barrage" de Bourisp 

 

Si, en amont de Bourisp , Vielle-Aure et Saint-Lary vous entendez, ce mercredi midi, une corne de brume qui retentit plusieurs fois, ne paniquez pas : il s'agit du test des sirènes "barrage" réalisé chaque trimestre en haute vallée d'Aure.

 

Localisées en aval des grands barrages* qui font l'objet d'un PPI (Plan Particulier d'Intervention), dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume (dispositif adapté avec la météo actuelle :-)

Il comporte un cycle d’une durée minimum de 2 minutes, composée d’émissions sonores de deux secondes séparées par un intervalle de trois secondes.

Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav

Lors du test de la sirène, le signal ne comporte qu’un cycle d’une durée de 12 secondes composé de trois émissions sonores de 2 secondes séparées d’un intervalle de 3 secondes.


Ce signal indique un risque de rupture imminente de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les troisièmes mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre. 


En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

 

Il y en a 8 sirènes réparties dans la vallée et gérées par les exploitants :

-        CAP DE LONG > EDF

-        FABIAN > EDF

-        PONT DU MOUDANG > SHEM

-        EGET CITE > SHEM

-        SAINT-LARY SOULAN téléphérique > EDF

-        SAINT-LARY SOULAN pompiers > EDF

-        VIELLE-AURE > SHEM

-        BOURISP > SHEM

 

PV

 

* En ce qui nous concerne les barrages de l'Oule et de Cap
de Long.


Via Philippe Villette
Philippe Villettes insight:

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.

 

 

Philippe Villette's curator insight, June 20, 2018 5:32 AM

Des tests ont effectivement eu lieu sur les sirènes à 11h 15 et 12h 15.

Pour ne pas être surpris la prochaine fois : le test suivant aura lieu le mercredi 19 septembre.

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2018 12:55 PM

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2019 3:00 AM

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Rescooped by Philippe Villette from Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 18 décembre

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 18 décembre | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Pour illustration - source sous licence CC BY-SA 3.0

 

Test des sirènes ce mercredi vers midi

 

Localisées en aval des grands barrages* qui font l'objet d'un PPI (Plan Particulier d'Intervention), dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume.
Ce signal indique un risque de rupture imminente de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les troisièmes mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre. 


Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav

En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

 

Il y en a 8 sirènes réparties dans la vallée et gérées par les exploitants :

-        CAP DE LONG > EDF

-        FABIAN > EDF

-        PONT DU MOUDANG > SHEM

-        EGET CITE > SHEM

-        SAINT-LARY SOULAN téléphérique > EDF

-        SAINT-LARY SOULAN pompiers > EDF

-        VIELLE-AURE > SHEM

-        BOURISP > SHEM

 

* En ce qui nous concerne les barrages de l'Oule et de Cap
de Long.


Via Philippe Villette
Philippe Villettes insight:

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, June 20, 2018 5:32 AM

Des tests ont effectivement eu lieu sur les sirènes à 11h 15 et 12h 15.

Pour ne pas être surpris la prochaine fois : le test suivant aura lieu le mercredi 19 septembre.

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2019 3:00 AM

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Philippe Villette's curator insight, June 16, 1:03 PM

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.

 

 

Scooped by Philippe Villette

Test de la sirène "barrage" à 12h 15 ce jour

Test de la sirène "barrage" à 12h 15 ce jour | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Pour illustration - source sous licence CC BY-SA 3.0

 

Localisées en aval des grands barrages, dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume.
Ce signal indique un risque de rupture imminent de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les premiers mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre, à 12h15. 
Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav

En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

Philippe Villettes insight:

Bon, pour ma part, à Guchan, aucune sirène entendue ni au titre des test mensuels habituels, ni au titre des essais trimestriels en cas de rupture de barrage.
La procédure demandera à être explicitée. 

 

Les communes de la vallée d'Aure qui seraient impactées par une rupture de barrage :
https://cms.terralego.com/backend-ddt65/media/carte-alea_rpt-barrage_v2.pdf

 

Par ailleurs, Jeudi 7 juin après-midi, au collège Maréchal Foch d'Arreau, aura lieu un exercice Plan Particulier de Mise en Sécurité rupture de barrage. L'ensemble de la communauté scolaire y participera :
http://marechal-foch.entmip.fr/espace-public/exercice-ppms-10899.htm

 

Lire également ce PLAN FAMILIAL DE MISE EN SÛRETÉ (PFMS): https://www.mairie-saint-lary.fr//files/medias/documents/Actualites/PFMS_jeprotegemafamille_-1-.pdf

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2018 12:55 PM

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2019 3:00 AM

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Philippe Villette's curator insight, June 16, 1:03 PM

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.

 

 

Rescooped by Philippe Villette from Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 17 juin en haute vallée d'Aure

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 17 juin en haute vallée d'Aure | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Pour illustration - source sous licence CC BY-SA 3.0

 

Test des sirènes ce mercredi vers midi

 

Localisées en aval des grands barrages* qui font l'objet d'un PPI (Plan Particulier d'Intervention), dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume.

Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav


Ce signal indique un risque de rupture imminente de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les troisièmes mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre. 


En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

 

Il y en a 8 sirènes réparties dans la vallée et gérées par les exploitants :

-        CAP DE LONG > EDF

-        FABIAN > EDF

-        PONT DU MOUDANG > SHEM

-        EGET CITE > SHEM

-        SAINT-LARY SOULAN téléphérique > EDF

-        SAINT-LARY SOULAN pompiers > EDF

-        VIELLE-AURE > SHEM

-        BOURISP > SHEM

 

* En ce qui nous concerne les barrages de l'Oule et de Cap
de Long.


Via Philippe Villette
Philippe Villettes insight:

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Philippe Villette's curator insight, June 20, 2018 5:32 AM

Des tests ont effectivement eu lieu sur les sirènes à 11h 15 et 12h 15.

Pour ne pas être surpris la prochaine fois : le test suivant aura lieu le mercredi 19 septembre.

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2018 12:55 PM

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, June 16, 1:03 PM

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.

 

 

Rescooped by Philippe Villette from Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 19 décembre

Test de la sirène "barrage" ce mercredi 19 décembre | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Pour illustration - source sous licence CC BY-SA 3.0

 

Localisées en aval des grands barrages* qui font l'objet d'un PPI (Plan Particulier d'Intervention), dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume.
Ce signal indique un risque de rupture imminent de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les troisièmes mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre. 


Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav

En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

 

Il y en a 8 sirènes réparties dans la vallée et gérées par les exploitants :

-        CAP DE LONG > EDF

-        FABIAN > EDF

-        PONT DU MOUDANG > SHEM

-        EGET CITE > SHEM

-        SAINT-LARY SOULAN téléphérique > EDF

-        SAINT-LARY SOULAN pompiers > EDF

-        VIELLE-AURE > SHEM

-        BOURISP > SHEM

 

* En ce qui nous concerne les barrages de l'Oule et de Cap
de Long.


Via Philippe Villette
Philippe Villette's curator insight, December 18, 2018 12:55 PM

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2019 3:00 AM

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Philippe Villette's curator insight, June 16, 1:03 PM

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.

 

 

Rescooped by Philippe Villette from Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées

Test de la sirène "barrage" à 11h 15 et 12h 15 ce mercredi 21 juin

Test de la sirène "barrage" à 11h 15 et 12h 15 ce mercredi 21 juin | Vallées d'Aure & Louron - Pyrénées | Scoop.it

Pour illustration - source sous licence CC BY-SA 3.0

 

Localisées en aval des grands barrages, dans la zone dite de "sécurité immédiate" (zone du premier quart d'heure), ces sirènes émettent un son spécifique, celui d’une corne de brume.
Ce signal indique un risque de rupture imminent de l’ouvrage. Il doit se traduire par le comportement suivant « J’évacue et je gagne les points hauts ». Ces sirènes sont testées une fois par trimestre les troisièmes mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre, à 12h15. 
Ecouter le son : http://www.irma-grenoble.com/sons/corne-brume.wav

En aval de cette zone de "sécurité immédiate", les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d'alerte ou de véhicules de pompiers avec haut-parleur.
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03consignes_afficher.php?id_RSD=21

 

Il y en a 8 sirènes réparties dans la vallée et gérées par les exploitants :

-        CAP DE LONG > EDF

-        FABIAN > EDF

-        PONT DU MOUDANG > SHEM

-        EGET CITE > SHEM

-        SAINT-LARY SOULAN téléphérique > EDF

-        SAINT-LARY SOULAN pompiers > EDF

-        VIELLE-AURE > SHEM

-        BOURISP > SHEM

 

Philippe Villette

Philippe Villettes insight:

Des tests ont effectivement eu lieu sur les sirènes à 11h 15 et 12h 15.

Pour ne pas être surpris la prochaine fois : le test suivant aura lieu le mercredi 19 septembre.

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2018 12:55 PM

Il s'agit seulement d'un test comme il s'en produit chaque trimestre. Donc, pas de panique ! :-)

 

La préfecture et la DDT ont été interrogées plusieurs fois pour obtenir des détails sur les Plans Particuliers d'Intervention et les mesures de sécurité afférentes sans obtenir de réponse.

Affligeant !

Philippe Villette's curator insight, December 18, 2019 3:00 AM

Extrait du Décret n° 2005-1158 du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d'intervention concernant certains ouvrages ou installations fixes et pris en application de l'article 15 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile.

(...)
Les plans particuliers d'intervention sont établis, en vue de la protection des populations, des biens et de l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence ou au fonctionnement d'ouvrages ou d'installations dont l'emprise est localisée et fixe. Ils mettent en oeuvre les orientations de la politique de sécurité civile en matière de mobilisation de moyens, d'information et d'alerte, d'exercice et d'entraînement.

Les caractéristiques des installations ou ouvrages présentant des risques pour lesquels un plan particulier d'intervention doit être défini sont :

(...)

 Les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d'une capacité égale ou supérieure à quinze millions de mètres cubes et un barrage ou une digue d'une hauteur d'au moins vingt mètres au-dessus du point le plus bas du sol naturel 

(...)

 

Article 11

Des exercices de mise en oeuvre du plan particulier d'intervention sont obligatoires. Les modalités en sont définies par le décret n° 2005-1157 du 13 septembre 2005. La périodicité maximale de ces exercices est fixée à cinq ans  (...).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000786335&categorieLien=id

Philippe Villette's curator insight, June 16, 1:03 PM

 [MAJ]

 Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit (hors phase de test), vous devez :

  • évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention (PPI) de l’ouvrage . A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide ;
  • En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.
  • Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte (son continue de 30 secondes) pour quitter les points hauts. L’évaluation du danger est difficile. Un piéton et une voiture peuvent être emportés par des flots de seulement 30 cm de hauteur. Attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte vous protège du danger.

 

https://mobile.interieur.gouv.fr/Alerte/Alerte-ORSEC/Comment-reagir-au-signal-national-d-alerte

 

Une plaquette réalisée par les services de la Préfecture sur le Plan ORSEC Barrages va paraître début juillet et sera distribuée aux foyers de chaque village de la Vallée.

Cette plaquette a pour mission  de rappeler les principales consignes du plan Barrages et l’utilisation de la sirène.